Genève

XVIIIème siècle
Berceau de l’horlogerie

En 1541, la réforme de Calvin

transforme Genève en une "Rome protestante" où trouvent refuge les protestants venant principalement de France, d'Allemagne, d'Italie et de certaines régions de la Suisse. C’est dans ces circonstances particulières que

les meilleurs artisans issus de l’Europe entière

joignent leurs forces et favorisent le développement de ce qui va devenir La Fabrique.

Ci-dessus : L’ancien quartier de Saint-Gervais vers 1750

XVIIIème siècle

Naissance d’une maison horlogère

1755

L’année de naissance

1755

Montre de poche en argent, première montre connue de
Jean-Marc Vacheron

1785

La succession : Abraham Vacheron

1790

L’ère des premières complications

1755

L’année de naissance

Le 17 septembre 1755,

un jeune Maître Horloger genevois de 24 ans,
Jean-Marc Vacheron, engage son premier apprenti. En signifiant sa volonté de transmettre son savoir-faire, il effectue un geste fondateur. Cet engagement représente l’acte de naissance de Vacheron Constantin, la plus ancienne manufacture horlogère au monde en activité continue depuis sa création.

Le contrat d'apprentissage
Jean-Marc Vacheron (1731-1805)

1755

Montre de poche en argent, première montre connue de
Jean-Marc Vacheron

Fierté du Patrimoine de Vacheron Constantin, cette montre de poche en argent signée sur le mouvement « J: M: Vacheron A GENEVE », est la seule connue à ce jour qui porte la trace du prénom du fondateur.

Dotée d’un échappement à roue de rencontre, elle est ornée d’aiguilles en or finement ciselées, tout comme le coq - le pont supportant le balancier, pièce la plus visible du mouvement une fois la boîte ouverte - délicatement ouvragé en d’élégantes arabesques. Cette double exigence technique et esthétique va peu à peu forger l’identité de la Maison.

1785

La succession : Abraham Vacheron

En 1785, le fils de Jean-Marc Vacheron - Abraham (1760-1843) - reprend la succession de l’atelier. Il parvient à développer la Maison durant les troubles liés à la Révolution française et lors de l’occupation de Genève par les troupes du Directoire.

Poursuivant l’impulsion initiée par son propre père, il transmet le métier d’horloger à son fils Jacques Barthélémi Vacheron.

Il parvient à développer la Maison durant les troubles liés à la Révolution française...
Abraham Vacheron (1760-1843)

1790

L’ère des premières complications

La première complication connue créée par l’atelier avec un mouvement signé
« Vacheron à Genève » date de la fin du 18ème siècle.

Une complication est une fonction supplémentaire à l’indication visuelle de l’heure sur une montre ou une horloge. Ce mouvement-ci instrumente une petite pendule destinée à être accrochée au mur. Son cadran magnifiquement gravé indique le jour de la semaine ainsi que la date. Si les pendules murales sont courantes à l’époque, celles qui possèdent un calendrier sont beaucoup plus rares.